Une rencontre savante au Caire

Par Ari Awagana et Camille Lefebvre

Au Caire, ou peut-être à Jérusalem, entre 1903 et 1904, deux hommes d’environ une quarantaine d’années se rencontrent : un lettré kanouri Hažž Mǔsa ibn H̥isên ayant choisi de s’installer au Caire pour poursuivre ses études à la mosquée al-Azhar et un linguiste allemand, alors encore amateur, qui enquête sur les langues haoussa et kanouri pour préparer une thèse de doctorat. Les deux hommes nouent une collaboration intellectuelle et amicale qui durera une dizaine d’années dont nous sont parvenues des centaines de pages de textes en kanouri et en haoussa, en ajami et en caractère latin.

Le lieu de leur rencontre la cour de la mosquée al-Azhar

Ces documents sont l’exemple même des matériaux au cœur de notre projet. Ce sont des textes en langues africaines à l’origine liés à des pratiques d’oralité qui ont été mis par écrit dans le contexte d’un intérêt scientifique européen pour la description des langues africaines faisant de ces documents des coproductions. Ces récits, ces chansons, ces proverbes appartiennent en effet à un patrimoine culturel et savant saharo-sahélien, mais étaient conservés oralement, et la sollicitation européenne permet d’en avoir une version écrite, datée et attribuée à un producteur en particulier.

Une lettre de Musa à sa famille en ajami kanouri

L’auteur du corpus confié à Prietze est Hažž Mǔsa ibn H̥isên, qui est, selon son propre récit, né à Brsali, dans le Manga, aujourd’hui au Nigéria, vers 1870, dans une famille de clercs musulmans. Son père est un malam, un lettré, qui dirige une médersa et Musa commence à étudier auprès de lui et de ses élèves. À 15 ans, vers 1885, il part pour poursuivre ses études auprès d’un savant réputé de Zinder. Il passe quinze dans le sultanat du Damagaram, devenant lui-même un enseignant et ouvrant sa propre école. Au tournant du xixe et du xxe siècle, il part pour accomplir le pèlerinage passant d’abord un an et demi à la Mecque et Médine, avant de partir étudier à Jérusalem à la mosquée al-Aqsa et enfin de s’installer au Caire.

Rudolf Prietze

Ari Awagana et Camille Lefebvre sont actuellement en train de finaliser une traduction française et une édition critique de l’ensemble des textes kanouris confiés par Hažž Mǔsa ibn H̥isên qui sera publiée dans la collection African sources for African History chez Brill en 2024. Un second volume rassemblant les textes haoussas confiés par Hažž Mǔsa ibn H̥isên est ensuite prévu.

Notre travail reconstitue la vie sociale de cet ensemble documentaire en langues africaines, résultat de la rencontre et du travail de ces deux savants, en retraçant l’ensemble des contextes intellectuels et matériels qui ont présidé à leur production et les pratiques scientifiques et savantes qui sont au cœur de leur mise en œuvre.



Citer ce billet
Camille Lefebvre (2023, 30 mai). Une rencontre savante au Caire. Langarchiv. Consulté le 22 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qq1h

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.