Découverte sur la culture écrite à Zinder

En décembre 2018, notre équipe a fait une découverte dans le quartier du Birni de Zinder au Niger. Chacun, au cours de ses recherches respectives, (Camille Lefebvre travaillant sur les premiers temps de la colonisation et Ari Awagana sur le old Kanembu), avait entendu parlé de la réputation de la famille Chétima. Camille Lefebvre leur avait même rendu visite en 2017 dans le cadre de son enquête. Cette fois, c’est grâce à Monsieur le Maire de la commune 3 de Zinder, Laminou Issaka, que nous avons été introduits auprès d’eux.

Cette famille de lettrés, descendants de Limam Borkoma, l’un des principaux savants de la cour du Sultan du Borno, est arrivée à Zinder dans la seconde moitié du XIXe siècle, suite à la conquête du Munyoma par le Sultan du Damagaram Tanimoun.

Mallam Mamadou Chétima devant sa maison vers 1900 et son petit fils en 2019

Dans le cadre de l’exposition Zinder 1900, nous avons retrouvé dans les archives françaises des photographies d’une figure de cette dynastie, Mallam Mamadou Chétima. Nous les avons rapportées à ses descendants et avons entamé avec eux une discussion sur leurs pratiques de cultures écrites. Ils nous ont alors montré un manuscrit coranique entièrement glosé en old kanembu selon une très ancienne tradition des malamai du Kanem-Bornou. Les membres de la famille, s’ils pouvaient déchiffrer les caractères arabes, ne comprenaient plus le sens ni la signification de ce qui avait été écrit. Aussi, Ari Awagana leur a expliqué comment leurs grands-parents glosaient dans cette ancienne langue les textes religieux.

Discussion autour d’un Coran glosé en old Kanembu

Intéressé par ces discussions et notre intérêt pour leurs archives, le patriarche de la famille Chétima a alors évoqué l’existence d’un ensemble de documents, conservés dans la maison, qui avaient appartenu à son grand-père, Mallam Mamadou Chétima. Cette figure du tournant du XIXe et du XXe siècle est le fils du cadi de Zinder, Malam Chétima, et un proche du Sultan dan Bassa. Il sera d’ailleurs arrêté avec lui en 1906 et déporté en Côte d’Ivoire. La famille dit que les caisses de manuscrits et documents qu’elles conservent sont celles qu’il ramena avec lui en revenant de son exil en 1922.

Les caisses conservées dans la maison de la famille Chétima

Ce sont ces trois caisses en bois, recouvertes de poussière et remplies de manuscrits, d’imprimés et de centaines de documents auxquelles la famille nous a permis d’accéder. Etant donné l’ampleur de la collection, l’état de dégradation avancé des matériaux et l’endroit où ils étaient conservés, nous avons décidé de revenir pour une mission de sauvegarde dans les plus brefs délais et avant la saison des pluies

Camille Lefebvre et Ari Awagana

crédits photos : dans l’ordre 1) ANOM fonds Gaden, 2 et 3) ©Pauline Rousseau et 4) Ari Awagana

Projet Old Kanembu

English version in the project section of the menu

Depuis les découvertes de A.D.H. Bivar au début des années 1950, l’existence de traces anciennes d’utilisation d’ajami est attestée pour le nord du Nigeria, notamment à travers les gloses interlinéarisées que l’on retrouve dans les Corans et qui sont considérées comme l’une des premières preuves d’écriture d’une langue africaine. Ces dernières années, plusieurs études ont été conduites par Dmitry Bondarev, à qui nous devons par ailleurs la dénomination « Old Kanembu ». Ce sous-projet propose d’établir un état des lieux dans le Bornou occidental, c’est-à-dire le Manga, le Damagaram, le Damergou et les contrées environnantes afin de contribuer à la connaissance de cette langue ancienne. D’après nos premières investigations, cette tradition du « old kanembu » a été pratiquée et continue d’être pratiquée dans cette partie du Bornou. Un premier document a été découvert à Kribitoa, un village manga de la région de Diffa.

Old Kanembu de Kribitoa

Jusqu’à présent, la découverte la plus importante sur le « old kanembu » est certainement celle que nous avons faite en décembre 2018, dans le Birni de Zinder où, au-delà des corans interlinéarisés, plusieurs autres textes dont notamment des ouvrages de Fiqh ont été retrouvés dans des archives privées.

Old-Kanembu de Zinder collection de la famille Chétima

Ce sous-projet propose également de faire une comparaison dialectologique entre le « old kanembu » et les dialectes occidentaux du kanouri, à savoir le Manga et le Dagara. En effet, les premières comparaisons systématiques des formes de l’« old-kanembu » avec les données du Manga et du Dagara montrent des similitudes frappantes sur le plan phonologique et lexical ainsi que dans les formes pronominales. Cette étude contribuera à comprendre l’histoire dialectologique du kanouri sur la base d’un corpus de données écrites ce qui constitue une exception méthodologique de la linguistique descriptive africaine.

L’équipe de Langarchiv collabore avec celle de AjamiLab de Hamburg et notamment Dmitry Bondarev sur ce sous-projet ainsi que les collègues du Département des manuscrits arabes de l’Institut de recherche en sciences humaines de Niamey et ceux de l’Université Abdou Moumouni de Niamey. Elle reste ouverte à d’autres collaborations avec des groupes de recherche qui travaillent sur le Ajami, notamment ceux qui s’intéressent à l’histoire du Soudan central.

Exposition Zinder 1900

To read about the exhibition in English follow this link

Le projet d’exposition Zinder 1900 est né de la rencontre, en janvier 2017, de Camille Lefebvre et du Maire de la commune 3 de Zinder, Laminou Issaka Brah. Ensemble, ils ont formé le vœu de mettre en scène l’histoire de cette ville, carrefour des mondes culturels haoussa, kanouri et touareg au tournant du XIXe et du XX e siècle, en ramenant au Niger et en exposant des photographies prises il y a environ 120 ans, et qui pour beaucoup, n’avaient jamais été montrées au public. L’idée était de permettre aux habitants de Zinder d’appréhender leur histoire, de renouer avec leur passé et de se le réapproprier. Le projet s’est concrétisé en décembre 2018, à la faveur des célébrations des 60 ans de la République du Niger qui avaient justement lieu à Zinder.

Affiche de l’exposition

Pour la mise en œuvre de ce projet, nous avons bénéficié du soutien de plusieurs institutions françaises de conservation dont les Archives d’outre-mer pour le fonds Gaden, les archives du Ministère des affaires étrangères pour le fonds Gouraud mais également du soutien de l’ambassade de France. La production de l’exposition a, pour sa part, été entièrement réalisée au Niger, grâce à l’appui du Centre culturel franco-nigérien Jean Rouch.

Trait d’union entre le Sahara et le Sahel, le Sultanat du Damagaram est, à la fin du XIXe siècle, un État musulman et un carrefour commercial au cœur de réseaux régionaux et transsahariens. Sa capitale, Zinder, est une ville cosmopolite où vivent commerçants nord-africains, caravaniers touaregs, paysans kanouris ou haoussas et éleveurs peuls. L’espace urbain y est marqué par la dualité : d’un côté, le Birni, quartier fortifié, siège du pouvoir politique, de l’autre, le Zango, quartier des caravaniers et des commerçants.
L’histoire de la relation entre cette ville et les autorités coloniales françaises est marquée par une grande violence : d’abord, en 1898, par l’assassinat par des Zindérois des premiers Français à entrer dans la ville, le capitaine Cazemajou et son interprète Olive, puis par l’occupation de la ville et l’exécution du sarki Amadou Kouran Daga, en 1899, par les militaires français.
En octobre 1900, militaires français et tirailleurs s’installent à Zinder, sur un petit plateau rocheux entre le Birni et le Zango, sans, dans un premier temps, abolir le sultanat, ni détruire les murailles du Birni. Mais en 1906, le sultan Amadou dan Bassa, accusé de préparer un complot, est arrêté et le sultanat aboli pendant près de vingt ans.
À travers des photographies, des enregistrements de traditions orales et des récits historiques en kanouri et en haoussa, jusqu’ici inédits, cette exposition propose de donner à voir et à entendre le passé disparu de la capitale d’un État africain au tournant du XIXe siècle et du XXe siècle. Une époque où les lettrés du Damagaram voyageaient pour étudier de La Mecque au Caire et à Jérusalem et où les commerçants zindérois envoyaient leurs plumes d’autruche dans le Paris de la Belle époque et leurs esclaves et eunuques dans le monde arabe.

L’exposition installée dans la cour du palais du Sultan

Le Sultan du Damagaram Aboubakar Oumarou Sanda a accueilli l’exposition dans la cour de son palais et l’a pour la première fois ouvert à tous, ce qui était en soi un événement. Le succès de l’exposition a surpris tous le monde, près de 25 000 personnes sont venues la visiter, de toutes les générations et de toutes les classes sociales, dans une grande émotion.

Le vernissage
Nombreux débats autour des photographies
Le sultan admirant la photo de son grand-père

Pour de nombreux Zindérois, à l’instar du sultan qui a pu admirer pour la première fois une photo de son grand-père, la découverte de ces images d’un autre temps a été marquée par une grande fierté car elles font prendre conscience à ces citadins de l’importance passée de leur ville. Les enfants se sont passionnés pour les légendes, recopiant ces descriptions de l’époque, dont certaines étaient écrites en Haoussa, qui est la langue la plus utilisée dans la région.

Les enfants de la ville recopiant les légendes des photographies

Tous crédits photographiques : © Pauline Rousseau

à propos de l’exposition

un article du journal du CNRS 

Commissariat d’exposition : Camille Lefebvre, CNRS-IMAf; Laminou Issaka , Maire de la Commune 3 Zinder

Direction artistique et production : Olivia Marsaud et MOMOMOisHERE

Les organisateurs de l’exposition remercient les Archives nationales d’outre-mer, Isabelle Dion, la Bibliothèque nationale de France, Isabelle Nyffenegger, Franck Hurinville, Olivier Loiseaux, la Société de géographie, Sylvie Rivet, le Musée de service de santé des armées, Marc Beaumelle, Aymeric Lichtenauer, l’association des Anciens et Amis du Pharo, Francis Louis, Pierre Hostier, les Archives diplomatiques, Jean-Philippe Dumas, ainsi que la famille Gouraud et Antoine Gouraud, ainsi que Claire Bosc-Tiessé et Pauline Rousseau.

Language as archive: European linguistics and the social history of the Sahara and Sahel in the eighteenth and nineteenth century

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search