Deuxième mission dans la bibliothèque Chétima Mamadou de Zinder

Par Ari Awagana et Camille Lefebvre

Après la découverte en 2018, de trois caisses en bois remplies de manuscrits très dégradés dans une pièce en banco dans l’enceinte même de la maison familiale des Chétima, nous sommes revenus du 27 au 31 mars 2019 pour travailler avec les membres de la famille à l’évaluation et à la préservation de ces documents en compagnie du Dr Salao Alassane du département des manuscrits arabes et ajami (MARA) de l’IRSH (Institut des Recherches en Sciences Humaines) de l’Université Abdou Moumouni de Niamey. Cette mission a eu lieu sous le patronage du Sultan du Damagaram Aboubakar Oumarou Sanda et a été rendu possible et organisée par M. le maire Laminou Issaka Brah.

Ari Awagana, Laminou Issaka Brah, le sultan Aboubakar Oumarou Sanda, Camille Lefebvre et Salao Alassane

Cette deuxième mission avait pour but dans un premier temps de faire une évaluation sommaire de l’ampleur de la collection et du contenu des archives afin de les classer par type de document et dans un second temps d’en assurer la préservation en les conservant dans des boites d’archives. Pendant cinq jours nous avons travaillé avec l’ensemble de la famille Chétima à dépoussiérer, nettoyer, évaluer l’état, lire puis classer les différents documents. Une partie des documents étaient trop dégradés pour être sauvegardés à cause de l’eau, des moisissures, des termites et ont été mis de côté. Deux tiers des documents étaient dans un état de conservation suffisamment acceptable pour pouvoir être manipulé et classé. Nous les avons parcourus pour pouvoir identifier le type de document afin de réaliser un classement sommaire.

Imam Oumarou et feu Chétima Mahamadou

Parmi ces documents se trouvaient des manuscrits, des ouvrages imprimés, des lettres, mais aussi des écrits pragmatiques ou ordinaires. Nous n’avons traité que les documents manuscrits que nous avons regroupés en quatre catégories : les écrits religieux, les documents de jurisprudence, les correspondances et les documents liés aux sciences occultes. Dans cette collection, les documents étaient en très grande majorité en langue arabe, mais se trouvaient parmi eux quelques documents en ajami haoussa, en old kanembu et certains plus récents en français.

La préparation des boites d’archives pour les documents

L’élément le plus important de cette collection est la présence de Coran et d’éléments de fiqh (jurisprudence islamique) glosés ou interlinéarisés en old kanembu, dont certains dateraient du de la fin du 17ème siècle, selon l’expertise codicologie réalisée sur image par Dmitry Bondarev. La bibliothèque contenait aussi de nombreux textes soufis de différentes tarīqa comme la Tijjaniyya, Qadiriyya, Sanussiyya, Zurukhiyya principalement en langue arabe, etc. Mais aussi des traités de tafsir, des recueils de hadith, des textes de grammaire arabe (nahw), des Qasida/poèmes de louanges au prophète, des Zuhud/chants soufis.

Au cœur de cette collection, les documents liés aux sciences occultes et aux pratiques magiques occupaient une place importante, environ plusieurs centaines de documents, que la famille préférait garder par-devers elle et que nous n’avons pas classés. Enfin, un ensemble documentaire très important était composé par plus de 400 lettres reçues par la famille Chétima et en particulier par Mamadou Chétima (m. 1922) et son fils Aboubacar Chétima, rédigée les plus souvent en arabe.

Enfin, un grand nombre de documents étaient liés à l’activité de qadi du sultan occupée par Mamadou Chétima : des dossiers de réclamations, des contrats de mariage, de divorce, des documents liés au partage d’héritage, des actes de résolution de conflits souvent liés au bétail ou au champ, des actes de vente, des reconnaissances de dettes, des listes nominatives ou de prix du bétail, etc.

Cet ensemble documentaire fait partie des plus importantes collections privées conservées au Niger ayant été identifiées jusque-là.

Si vous souhaitez en savoir plus, la télévision nationale du Niger a réalisé un documentaire sur cette mission



Citer ce billet
Camille Lefebvre (2023, 22 mai). Deuxième mission dans la bibliothèque Chétima Mamadou de Zinder. Langarchiv. Consulté le 22 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qq1f

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.