Découverte sur la culture écrite à Zinder

En décembre 2018, notre équipe a fait une découverte dans le quartier du Birni de Zinder au Niger. Chacun, au cours de ses recherches respectives, (Camille Lefebvre travaillant sur les premiers temps de la colonisation et Ari Awagana sur le old Kanembu), avait entendu parlé de la réputation de la famille Chétima. Camille Lefebvre leur avait même rendu visite en 2017 dans le cadre de son enquête. Cette fois, c’est grâce à Monsieur le Maire de la commune 3 de Zinder, Laminou Issaka, que nous avons été introduits auprès d’eux.

Cette famille de lettrés, descendants de Limam Borkoma, l’un des principaux savants de la cour du Sultan du Borno, est arrivée à Zinder dans la seconde moitié du XIXe siècle, suite à la conquête du Munyoma par le Sultan du Damagaram Tanimoun.

Mallam Mamadou Chétima devant sa maison vers 1900 et son petit fils en 2019

Dans le cadre de l’exposition Zinder 1900, nous avons retrouvé dans les archives françaises des photographies d’une figure de cette dynastie, Mallam Mamadou Chétima. Nous les avons rapportées à ses descendants et avons entamé avec eux une discussion sur leurs pratiques de cultures écrites. Ils nous ont alors montré un manuscrit coranique entièrement glosé en old kanembu selon une très ancienne tradition des malamai du Kanem-Bornou. Les membres de la famille, s’ils pouvaient déchiffrer les caractères arabes, ne comprenaient plus le sens ni la signification de ce qui avait été écrit. Aussi, Ari Awagana leur a expliqué comment leurs grands-parents glosaient dans cette ancienne langue les textes religieux.

Discussion autour d’un Coran glosé en old Kanembu

Intéressé par ces discussions et notre intérêt pour leurs archives, le patriarche de la famille Chétima a alors évoqué l’existence d’un ensemble de documents, conservés dans la maison, qui avaient appartenu à son grand-père, Mallam Mamadou Chétima. Cette figure du tournant du XIXe et du XXe siècle est le fils du cadi de Zinder, Malam Chétima, et un proche du Sultan dan Bassa. Il sera d’ailleurs arrêté avec lui en 1906 et déporté en Côte d’Ivoire. La famille dit que les caisses de manuscrits et documents qu’elles conservent sont celles qu’il ramena avec lui en revenant de son exil en 1922.

Les caisses conservées dans la maison de la famille Chétima

Ce sont ces trois caisses en bois, recouvertes de poussière et remplies de manuscrits, d’imprimés et de centaines de documents auxquelles la famille nous a permis d’accéder. Etant donné l’ampleur de la collection, l’état de dégradation avancé des matériaux et l’endroit où ils étaient conservés, nous avons décidé de revenir pour une mission de sauvegarde dans les plus brefs délais et avant la saison des pluies

Camille Lefebvre et Ari Awagana

crédits photos : dans l’ordre 1) ANOM fonds Gaden, 2 et 3) ©Pauline Rousseau et 4) Ari Awagana


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.