Projet Old Kanembu

Par Ari Awagana

English version in the project section of the menu

Depuis les découvertes de A.D.H. Bivar au début des années 1950, l’existence de traces anciennes d’utilisation d’ajami est attestée pour le nord du Nigeria, notamment à travers les gloses interlinéarisées que l’on retrouve dans les Corans et qui sont considérées comme l’une des premières preuves d’écriture d’une langue africaine. Ces dernières années, plusieurs études ont été conduites par Dmitry Bondarev, à qui nous devons par ailleurs la dénomination « Old Kanembu ». Ce sous-projet propose d’établir un état des lieux dans le Bornou occidental, c’est-à-dire le Manga, le Damagaram, le Damergou et les contrées environnantes afin de contribuer à la connaissance de cette langue ancienne. D’après nos premières investigations, cette tradition du « old kanembu » a été pratiquée et continue d’être pratiquée dans cette partie du Bornou. Un premier document a été découvert à Kribitoa, un village manga de la région de Diffa.

Old Kanembu de Kribitoa

Jusqu’à présent, la découverte la plus importante sur le « old kanembu » est certainement celle que nous avons faite en décembre 2018, dans le Birni de Zinder où, au-delà des corans interlinéarisés, plusieurs autres textes dont notamment des ouvrages de Fiqh ont été retrouvés dans des archives privées.

Old-Kanembu de Zinder collection de la famille Chétima

Ce sous-projet propose également de faire une comparaison dialectologique entre le « old kanembu » et les dialectes occidentaux du kanouri, à savoir le Manga et le Dagara. En effet, les premières comparaisons systématiques des formes de l’« old-kanembu » avec les données du Manga et du Dagara montrent des similitudes frappantes sur le plan phonologique et lexical ainsi que dans les formes pronominales. Cette étude contribuera à comprendre l’histoire dialectologique du kanouri sur la base d’un corpus de données écrites ce qui constitue une exception méthodologique de la linguistique descriptive africaine.

L’équipe de Langarchiv collabore avec celle de AjamiLab de Hamburg et notamment Dmitry Bondarev sur ce sous-projet ainsi que les collègues du Département des manuscrits arabes de l’Institut de recherche en sciences humaines de Niamey et ceux de l’Université Abdou Moumouni de Niamey. Elle reste ouverte à d’autres collaborations avec des groupes de recherche qui travaillent sur le Ajami, notamment ceux qui s’intéressent à l’histoire du Soudan central.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.